Résumé Sermon du Vendredi

Sacrifice financier et Waqf-e-Jadid

Résumé du sermon du vendredi prononcé par le Calife, Hazrat Mirza Masroor Ahmad (a.b.a.), le 8 janvier 2020.

Après avoir récité Tashahhud, Ta’awwuz et la sourate Al-Fatiha, le Calife, Hazrat Mirza Masroor Ahmad (aba) a récité le verset suivant du Saint Coran :

« Qui est celui qui fera à Allah un prêt bienveillant afin qu’Il le multiplie pour lui maintes fois ? Et parfois Allah restreint Sa provision et parfois Il l’étend et c’est vers Lui qu’on vous fera retourner. »

Saint Coran [2 : 246]

La signification d’un « prêt bienveillant »

Le Calife (aba) a déclaré que ce verset mentionne l’octroi d’un prêt à Allah, mais cela ne signifie pas – que Dieu nous en préserve – qu’Allah a besoin de notre richesse mondaine. Le mot qard (prêt) signifie également une bonne ou une mauvaise récompense. Ainsi, dans ce contexte, le verset signifie : « Qui dépensera dans la voie d’Allah afin qu’Il ​​le récompense ? »

Le Calife (aba) a ajouté qu’il existe de nombreux exemples de mention de sacrifices financiers dans le Saint Coran. En effet, dépenser dans la voie de la foi, ou dépenser pour le bienfait des créatures de Dieu équivaut à dépenser pour Allah. Et tout ce qui est dépensé sur le chemin d’Allah n’est jamais gaspillé, c’est plutôt un prêt qu’Allah retourne en le multipliant. Ainsi, Dieu n’a besoin d’aucune richesse matérielle, mais quand Il utilise le mot « prêt », il fait référence au fait de dépenser dans Sa voie, afin qu’Il puisse récompenser la personne de façon abondante en retour.

Sa Sainteté le Calife (aba) a ajouté qu’en utilisant les mots « prêt bienveillant », Dieu fait référence à ce que l’on dépense et sacrifie de son plein gré : Dieu retournera la somme en la multipliant. Par conséquent, le mot « prêt » est utilisé pour signifier que tout ce que l’on dépense dans la voie de Dieu nous sera retourné et de façon plus abondante. C’est une manière de parler, car les prêts doivent être remboursés. Ce concept est davantage expliqué par un autre verset du Saint Coran dans lequel Dieu Tout-Puissant déclare que l’on récoltera la récompense de tout bien, même celui équivalent au poids d’un atome. C’est donc en raison de nos bonnes actions que l’on est récompensé par Dieu, d’où la métaphore de l’emprunt.

Exemples de sacrifices financiers des musulmans ahmadis

Le Calife (aba) a mentionné que personne dans le monde n’a plus d’expérience que les ahmadis dans le domaine des sacrifices financiers. Leurs sacrifices ne visent qu’à atteindre le plaisir de Dieu. Ils ne font pas des sacrifices en ayant à l’esprit que Dieu leur accordera plus de richesses matérielles en retour, mais ils le font uniquement pour l’amour de Dieu. Il y a même ceux qui font face à des circonstances financières tendues, mais qui présentent toujours des sacrifices financiers, confiants que Dieu prendra soin d’eux et de leurs besoins.

Le Calife (aba) a ajouté qu’il présentera quelques exemples de ceux qui ont bénéficié de cette promesse de Dieu, de gens ayant consenti à des sacrifices uniquement pour l’amour de Dieu. Certaines de ces personnes ne savaient même pas comment elles pourraient se nourrir elles-mêmes et leurs enfants, mais Dieu Tout-Puissant s’est personnellement occupé d’elles et les a récompensées abondamment. Ces exemples de ceux qui recherchent le plaisir de Dieu se trouvent uniquement au sein de la communauté musulmane Ahmadiyya.

Le Calife (aba) a présenté divers récits du monde entier dont un de la Guinée Conakry. Le missionnaire de ce pays a relaté qu’après qu’il a présenté le sermon du vendredi de l’année dernière du Calife sur le sujet du Waqf-e-Jadid, une personne lui a offert tout l’argent qu’elle avait dans sa poche. Le missionnaire lui a conseillé de garder une partie du montant avec elle pour son voyage de retour. Elle a répondu en disant que dans le sermon du vendredi, le Calife (aba) avait cité le Messie Promis (as) qui a déclaré que l’amour de Dieu et l’amour de l’argent ne peuvent coexister dans le même cœur. Il a ainsi souhaité récolter les bénédictions de l’amour de Dieu. Le Calife (aba) a déclaré que cette personne a illustré le véritable esprit non seulement du sacrifice, mais aussi de l’attention avec laquelle il faut écouter le sermon du vendredi.

Le Calife (aba) a présenté l’exemple d’une femme de France, qui a déclaré qu’elle cherchait un bon emploi et stable depuis un certain temps. Elle a offert sa contribution pour le Waqf-e-Jadid. Elle raconte que dix minutes seulement après avoir offert ce montant, elle a reçu un appel d’une grande entreprise qui lui a proposé un emploi.

Le Calife (aba) a fait remarquer que certains se demandent pourquoi ils ne sont pas récipiendaires de pareilles récompenses après leurs contributions. Le Calife (aba) a répondu que chacun d’entre nous doit implorer le pardon de Dieu et accomplir son introspection pour voir si l’intention au moment d’offrir des sacrifices financiers était uniquement d’atteindre le plaisir de Dieu. Lorsque des sacrifices financiers sont consentis avec cette intention, Dieu récompense toujours d’une manière ou d’une autre ; s’Il ne récompense par cette personne immédiatement, Il la récompensera ultérieurement à un moment qu’Il jugera opportun.

Le Calife (aba) a présenté des exemples de sacrifices consentis par de jeunes étudiants en Sierra Leone, en particulier après que le Calife (aba) avait encouragé la communauté en Sierra Leone l’année dernière en disant qu’ils avaient un grand potentiel. Il a présenté l’exemple d’une jeune fille qui a offert cinquante mille leones demandant au Calife (aba) de prier pour elle. Et celui de deux jeunes qui ont travaillé, juste pour pouvoir offrir le montant gagné comme contribution financière. Le Calife (aba) a dit que c’est la marque d’un véritable amour et respect pour le Califat, et ces exemples sont ceux de ceux qui écoutent l’appel de leur Calife. Bien qu’ils ne l’ont même peut-être jamais rencontré, ils sont pourtant à l’avant-garde de la mise en œuvre des paroles et des instructions du Calife.

Le Calife (aba) a présenté l’exemple d’un musulman ahmadi de la Tanzanie qu’on a invité à cotiser dans le fonds Waqf-e-Jadid avant la fin de l’année. Cependant, à l’époque, il n’avait ni travail, ni d’argent. En dépit de cela il a demandé que son nom soit inscrit parmi ceux qui ont promis d’offrir une contribution. À peine deux jours plus tard, il a obtenu un emploi de chauffeur, et dès la fin de sa première journée de travail il a pu facilement payer la totalité de sa promesse Waqf-e-Jadid.

Le Calife (aba) a présenté un autre exemple de la région d’Iringa en Tanzanie d’une personne qui avait promis 600 000 shillings pour le Waqf-e-Jadid. Cependant, à l’époque, il faisait face à des circonstances financières tendues, et il a donc écrit une lettre au Calife (aba) pour demander des prières afin qu’il puisse remplir sa promesse. Le Calife (aba) a commenté que les gens lui écrivent pour des questions personnelles, mais qu’ils lui écrivent aussi pour demander des prières afin de pouvoir offrir des sacrifices financiers. Cette personne a raconté qu’après avoir écrit cette lettre, elle se sentait plus sereine et savait que ce souci sera réglé. Seulement un jour plus tard, il a renoué avec un vieil ami d’école et ils ont parlé d’une opportunité d’emploi. En conséquence, cette personne a reçu un contrat de 6 millions de shillings, avec lequel il a immédiatement pu honorer sa promesse. Ainsi, Dieu lui a accordé dix fois plus que ce qu’il avait promis.

Le Calife (aba) a présenté l’exemple d’une femme australienne qui, après avoir emménagé dans sa maison, n’avait même pas assez d’argent pour la meubler correctement, car sa situation financière n’était pas très bonne et le loyer qu’elle devait payer pour sa maison était très élevé. Cependant, alors que l’année fiscale du Waqf-e-Jadid arrivait à sa fin, elle a offert la somme qu’elle avait promise, plaçant sa confiance totale en Dieu. Peu de temps après, son mari a reçu une prime de la part de son employeur : il était le seul à la recevoir parmi ses collègues. Ce montant était le double de celui qu’elle avait offert pour le Waqf-e-Jadid.

Sa Sainteté le Calife (aba) a présenté l’exemple d’un garçon indien de dix ans, qui avait économisé pas mal d’argent. Il a décidé d’offrir ce montant dans le fond de Waqf-e-Jadid. On lui a dit que généralement les enfants économisent de l’argent pour s’acheter quelque chose pour eux-mêmes : pourquoi avait-il décidé de l’offrir dans le fond de Waqf-e-Jadid ? Le jeune garçon a répondu que Dieu, Son messager (sa) et Ses califes nous ordonnent de faire. Le Calife (aba) a fait remarquer que si telle est la mentalité de nos jeunes, quel mal les opposants à l’Ahmadiyya peuvent-ils nous infliger ?

Le Calife (aba) a présenté de nombreux autres exemples de sacrifices financiers du monde entier et la manière dont Dieu Tout-Puissant « retourne les prêts ». Le Calife (aba) a prié pour que notre communauté puisse toujours présenter de tels sacrifices et être témoin de telles bénédictions du Dieu Tout-Puissant.

Annonce pour la nouvelle année du Waqf-e-Jadid et rapport du Waqf-e-Jadid 2020

Le Calife (aba) a annoncé le début de la nouvelle année fiscale du Waqf-e-Jadid. La 63e année du Waqf-e-Jadid s’est terminée le 31 décembre 2020 et la 64e année a débuté. Par la grâce d’Allah, au cours de l’année précédente, 10,53 millions de livres sterling ont été collectées dans le fond Waqf-e-Jadid, ce qui représente une augmentation de 887 000 livres sterling par rapport à l’année précédente. Le Calife (aba) a souligné l’augmentation et les efforts consentis par divers pays.

L’ordre des pays en termes de sommes collectées est : le Royaume-Uni, l’Allemagne, le Pakistan, le Canada, les États-Unis, l’Inde, l’Australie, un pays du Moyen-Orient, l’Indonésie et le Ghana.

Le Calife (aba) a déclaré que le nombre total de cotisant pour le Waqf-e-Jadid est de 1 452 000.

Le Calife (aba) a prié pour tous ceux qui ont offert des sacrifices financiers.

Demande de prières

Le Calife (aba) a de nouveau lancé un appel de prières en faveur des ahmadis du Pakistan et de l’Algérie qui continuent de faire face à des épreuves, en particulier pour ceux qui ont été emprisonnés en raison de leur foi. Le Calife (aba) a exhorté les ahmadis à faire des prières facultatives et à faire l’aumône. Il a également lancé un appel pour des supplications pour la situation globale du monde entier qui continue de se détériorer. Le Calife (aba) a prié pour que Dieu ait pitié de toute l’humanité.

Résumé préparé par la rédaction de La Revue des Religions.

Étiquettes

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire