Résumé Sermon du Vendredi

Othman, dévoué serviteur de l’Islam & le Traité de Hudaibiyah

La Revue des Religions vous présente un résumé du sermon du vendredi prononcé par le Calife, Hazrat Mirza Masroor Ahmad (aba), le 29 Janvier 2021.

Après avoir récité TashahhudTa’awwuz et la sourate Al-Fatiha, le Calife, Hazrat Mirza Masroor Ahmad (aba) a déclaré qu’il continuera à relater les anecdotes de la vie de Hazrat Othman (ra).

Le Calife (aba) a déclaré que Hazrat Othman (ra) n’ a pas pu participer physiquement à la bataille de Badr car sa femme Hazrat Ruqayyah (ra) était malade. Ainsi, il a été chargé par le Saint Prophète (sa) de prendre soin d’elle. Plus tard, le Saint Prophète (sa) l’a inclus dans la distribution du butin de guerre, et il a donc ainsi pu faire partie de cette bataille.

La bataille de Ghatafan

Le Calife (aba) a relaté que lorsque le Saint Prophète (sa) s’est mis en route vers Ghatafan, il a nommé Hazrat Othman (ra) comme son adjoint à Médine, ainsi Hazrat Othman (ra) n’avait pas non plus participé physiquement à la bataille de Ghatafan. Le Calife (aba) a raconté le contexte de cette bataille, et comment certaines tribus des Banu Ghatafan avaient l’intention d’attaquer Médine. Le Saint Prophète (sa) a pris connaissance de leurs plans, et afin de neutraliser la menace, le Saint Prophète (sa) est parti avec une armée vers les Banu Ghatafan. En apprenant l’arrivée du Saint Prophète (sa), les différentes tribus s’étaient réfugiées dans les montagnes. Bien qu’une bataille n’ait pas lieu, la menace d’une attaque contre Médine a été toutefois neutralisée.

Incident lors de la bataille d’Uhud

Le Calife (aba) a relaté que Hazrat Othman (ra) avait pris part à la bataille d’Uhud. Le Calife (aba) a déclaré que pendant la bataille, il y avait des musulmans qui, après avoir entendu la rumeur du martyr du Saint Prophète (sa) et après l’attaque surprise lancée par Abou Soufyan et ses troupes, avaient quitté le champ de bataille. Il est rapporté que Hazrat Othman (ra) était parmi ceux qui avaient quitté le champ de bataille. Le Calife (aba) a cité le verset suivant du Saint Coran concernant ceux qui avaient fui :

« En vérité, ceux d’entre vous qui ont tourné le dos à leurs assaillants le jour où les deux armées se sont rencontrées, c’est seulement Satan qui les a fait trébucher, à cause de certaines mauvaises actions des leurs. Mais certainement Allah leur a déjà pardonné. En vérité, Allah est Très-Pardonnant, Indulgent. »

Chapitre 3, verset 156

Le Calife (aba) a relaté certains incidents de la bataille d’Uhud, expliquant comment les Koraïchites avaient répandu la rumeur du martyr du Saint Prophète (sa). En entendant celle-ci, quelques compagnons s’étaient découragés et avaient quitté le champ de bataille pour se rendre à Médine. Cependant, en raison de leur sincérité, Dieu Tout-Puissant a mentionné dans le Saint Coran qu’ils avaient été pardonnés. Il y avait un autre groupe de compagnons qui, après avoir entendu cette rumeur, n’étaient pas retournés à Médine, mais en raison de la grande tristesse que cette nouvelle leur avait procurés, ils s’étaient découragés et s’étaient mis sur le côté du champ de bataille. Il y avait un troisième groupe qui, en dépit de cette nouvelle, avait continué à se battre. Par la suite, lorsque les personnes des deux premiers groupes avaient appris que le Saint Prophète (sa) était en effet toujours en vie, ils étaient retournés immédiatement sur le champ de bataille. Il est rapporté que Hazrat Othman (ra) faisait partie du deuxième groupe qui n’était pas revenu à Médine, mais s’était mis sur le côté du champ de bataille.

Le Traité de Hudaibiyah

Le Calife (aba) a ensuite mentionné les anecdotes de Hazrat Othman (ra) en relation avec le Traité de Hudaibiyah. Le Calife (aba) a expliqué que le Saint Prophète (sa) avait vu un rêve dans lequel il faisait le tour de la Ka’bah, et il a donc pris cela comme signifiant qu’il devait partir avec ses compagnons pour faire la Omra (le petit pèlerinage). C’était le mois de Dhul-Qa’dah, l’un des mois sacrés pendant lesquels les combats étaient interdits, ainsi le Saint Prophète (sa) a ordonné à ses compagnons de garder leurs épées dans leur fourreau. Et ainsi le Saint Prophète (sa) est parti vers La Mecque accompagné de mille-quatre-cent compagnons.

Sur le chemin, le Saint Prophète (sa) s’est arrêté à Dhul-Hulaifah où lui et ses compagnons ont porté l’Ihram et le Saint Prophète (sa) a également envoyé un compagnon vers Médine, pour obtenir des informations et s’assurer que les mecquois n’étaient pas en train de comploter quelque chose. Ce compagnon est revenu avec des informations selon lesquelles les mecquois avaient bien l’intention d’empêcher les musulmans de faire la Omra et étaient même prêts à se battre. Ils avaient même envoyé un groupe pour intercepter les musulmans sur leur chemin. Ainsi, le Saint Prophète (sa) leur a ordonné de ne pas prendre la route connue vers La Mecque mais une route différente afin d’éviter toute sorte de conflit.

Ensuite, le Saint Prophète (sa) et ses compagnons se sont arrêtés dans la vallée de Hudaibiyah. Là-bas, un mecquois a informé le Saint Prophète (sa) que les chefs ne lui permettraient jamais d’entrer à La Mecque et mèneraient sûrement une bataille contre lui. Le Saint Prophète (sa) a répondu qu’il n’avait aucune intention de se battre avec eux, et qu’il était même prêt à conclure un pacte avec eux. Il a prononcé un discours sincère qui a beaucoup ému le mecquois nommé Budail, qui a dit qu’il informerait et essayerait de convaincre les chefs de La Mecque. Les chefs ont été convaincus d’accepter cette proposition par un chef du nom d’Urwah bin Mas’ud, qui est allé voir le Saint Prophète (sa) au nom des mecquois.

De retour à La Mecque, Urwah a déclaré qu’il avait rendu visite à de nombreux rois et dirigeants, mais qu’il n’avait jamais vu personne être honoré et respecté, autant que les compagnons du Saint Prophète (sa) l’honoraient et le respectaient.

Ensuite, les Koraïchites ont envoyé des représentants auprès du Saint Prophète (sa) afin de négocier un accord. Le Saint Prophète (sa) a également décidé qu’un représentant musulman devrait également être envoyé à La Mecque, afin qu’il puisse également leur expliquer le point de vue musulman sur la question, et mieux leur expliquer leur position. Cependant, alors qu’il était en route, son chameau a été attaqué et blessé, et bien que les mecquois aient voulu l’attaquer également, ils l’ont épargné et l’ont fait retourner au camp musulman.

Les Koraïchites ont alors décidé d’envoyer des troupes encercler secrètement le camp musulman et d’attaquer les musulmans lorsque l’opportunité se présenterait. Cependant, le Saint Prophète (sa) a eu connaissance de ce complot, et bien qu’ils l’aient fait dans un mois sacré, le Saint Prophète (sa) leur a pardonnés. Le Calife (aba) a ajouté qu’à partir de ces anecdotes, nous sommes capables de nous rendre compte de la très grande patience affichée par le Saint Prophète (sa) et de son désir éternel d’établir la paix.

Le Saint Prophète (sa) n’a pas été découragé par tous ces événements et a décidé qu’une personne influente originaire de La Mecque devait être envoyée pour essayer d’aider les mecquois à comprendre les véritables intentions des musulmans. Ainsi, Hazrat Othman (ra) a été envoyé à La Mecque au nom des musulmans, avec un message du Saint Prophète (sa) adressé aux mecquois. Quand Hazrat Othman (ra) est parti, il a rencontré les mecquois et leur a transmis le message du Saint Prophète (sa). Cependant, les mecquois sont restés têtus et ont dit qu’ils ne permettraient pas aux musulmans d’entrer, mais ils ont dit qu’ils permettraient à Hazrat Othman (ra) de faire le tour de la Ka’bah. Hazrat Othman (ra) leur a répondu que comment pourrait-il faire cela, alors que le Saint Prophète (sa) était empêché d’entrer à La Mecque. Ainsi, Hazrat Othman (ra) a commencé à faire ses préparatifs pour retourner au camp musulman, mais les mecquois l’ont empêché de partir.

Sur ce, la rumeur s’est répandue que Hazrat Othman (ra) a été assassiné. Après avoir entendu cela, le Saint Prophète (sa) a rassemblé tous les compagnons et leur a demandé de prêter serment, que maintenant ils avanceraient et ne reviendraient jamais, même si cela signifiait renoncer à leur vie. Le Saint Prophète (sa) a avancé sa main et les compagnons ont placé leurs mains sur la sienne. Ensuite, le Saint Prophète (sa) plaça son autre main sur la leur, et dit que cela représentait la main de Hazrat Othman (ra), car s’il avait été présent, il aurait sûrement pris part à ce serment. Ce serment est connu sous le nom de Bai’at-e-Ridwan. Il a également été mentionné dans le Saint Coran :

« Assurément, Allah fut très content des croyants, lorsqu’ils te prêtaient serment d’allégeance sous l’Arbre, et Il savait ce qui était dans leur cœur, et Il a fait descendre la tranquillité sur eux, et Il les a récompensés par une victoire proche. »

Chapitre 48, verset 19

Après avoir eu vent de ce serment, les mecquois ont été pris par la crainte et ont aussitôt déclaré qu’un traité devait être conclu, mais les musulmans ne devraient pas être autorisés à entrer à La Mecque avant l’année suivante ; ils ont ainsi envoyé Sohail bin Amr auprès du Saint Prophète (sa) afin de finaliser les termes d’un traité. Ainsi, un traité a été conclu, connu sous le nom de Traité de Hudaibiyah.

Le Calife (aba) a ajouté qu’il continuerait à relater les anecdotes de la vie de Hazrat Othman (ra) à l’avenir.

Demande de prières

Le Calife (aba) a de nouveau attiré l’attention de la Communauté vers les supplications, en particulier pour les conditions des Ahmadis au Pakistan, où les Ahmadis ne sont même pas en sécurité dans les murs de leurs propres maisons. La police est sous l’influence des maulvis (clercs). Le Calife (aba) a dit que des policiers ayant de nobles intentions ont partagé être obligés d’agir de la manière sous la pression de leurs supérieurs. Le Calife (aba) a prié pour que les Ahmadis soient préservés de ces personnes et qu’ils puissent vivre dans des conditions plus faciles. Le Calife (aba) a ajouté que si nous continuons à prier, nous serons inshAllah témoins du sort malheureux des oppresseurs. Le Calife (aba) a prié pour que nous ayons la capacité de continuer nos prières à cet égard.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire