Résumé Sermon du Vendredi

Ali, le Calife bien-guidé

Résumé du sermon du vendredi prononcé par Sa Sainteté le Calife, Hazrat Mirza Masroor Ahmad (a.b.a.) le 25 décembre 2020.

Après avoir récité TashahhudTa’awwuz et la sourate Al-Fatiha, le Calife, Hazrat Mirza Masroor Ahmad (aba) a déclaré qu’il va continuer à relater les anecdotes de la vie de Hazrat Ali (ra).

Poursuivant le sermon de la semaine précédente dans lequel le Calife (aba) a mentionné les incidents qui ont suivi le martyr de Hazrat Outhman (ra) et les désordres qui ont surgi, le Calife (aba) a cité un passage du deuxième calife Hazrat Mirza Bashir-ud-din Mahmoud Ahmad (ra), qui a dit que pour éviter un tel désordre les musulmans doivent être bien éduqués et doivent toujours rester attachés à la communauté et au Califat.

Le Calife (aba) a dit qu’aujourd’hui, à cette époque, nous sommes bénis d’avoir la MTA sur laquelle des sermons et divers programmes du Calife (aba) sont diffusés dans le monde entier. Ainsi, en plus d’étudier les livres du Messie Promis (as), il est nécessaire de regarder et d’apprendre d’avantage avec la MTA, en particulier en regardant régulièrement les sermons du vendredi. 

Jang-e-Jamal – La bataille du chameau 

Le Calife (aba) a relaté des incidents concernant la bataille du chameau qui a eu lieu entre Hazrat Ali (ra) et Hazrat Aisha (ra). Il est rapporté que Hazrat Aisha (ra) montait à dos de chameau pendant cette bataille, c’est pourquoi on l’appelle la bataille du chameau. Après le martyr de Hazrat Outhman (ra), les rebelles se sont dispersés et ont rejoint différents groupes. Certains ont rejoint les rangs de Hazrat Aisha (ra) et se sont unis pour se venger, tandis que d’autres rebelles avaient rejoint les rangs de Hazrat Ali (ra). Ayant appris la nouvelle du martyr de Hazrat Outhman (ra), Hazrat Aisha (ra) a encouragé les gens à venger son martyr. Ainsi, elle s’est rendue à Bassorah avec une armée qu’elle avait rassemblée. En voyant cela, Hazrat Ali (ra) s’est également rendu à Bassorah avec son armée. C’est là alors qu’une bataille entre les deux armées a eu lieu. 

Accord lors de la réconciliation 

Le Calife (aba) a déclaré qu’une fois que les deux armées avaient atteint Bassorah, Hazrat Ali (ra) avait envoyé quelqu’un vers Hazrat Aisha (ra), et également vers Hazrat Zubair (ra) et Hazrat Talhah (ra) qui l’avaient également rejointe, car ils sentaient que Hazrat Ali (ra) n’etait pas assez réactif pour venger le martyr. Ce représentant leur a demandé quelles étaient leurs intentions, ce à quoi ils ont répondu qu’ils se battraient pour la réforme. Cependant, ce représentant les a informés que les combats ne feraient qu’accroître le désordre et les dissensions. Plus tard, Hazrat Ali (ra) lui-même est allé les rencontrer, et tous ont convenu qu’il n’était pas nécessaire de se battre. 

Méchanceté des rebelles 

Le Calife (aba) a relaté qu’en voyant que cet accord avait été conclu, les rebelles se sont inquiétés, car ils savaient que ce ne serait pas bon pour leurs propres motifs si les musulmans s’unissaient. Ainsi ils ont conçu un plan, et certains rebelles se faisant passer pour des partisans de Hazrat Ali (ra) et d’autres pour des partisans de Hazrat Aisha (ra), se sont attaqués les uns les autres. Cela souleva une agitation et donna l’impression qu’une bataille entre les deux camps avait commencé. Quand cela eut lieu, Hazrat Ali (ra) fit venir Hazrat Aisha (ra), afin qu’il puisse lui parler et éviter la bataille. Quand son chameau s’est approché, les rebelles ont vu que leur plan pourrait être déjoué, ils ont ainsi commencé à diriger leurs flèches vers son chameau. Elle a lancé un appel invitant à mettre fin à la bataille et aux combats, mais ce groupe de rebelles a continué à tirer des flèches en direction de son chameau. En la voyant être attaquée de cette manière, les partisans ne pouvaient pas supporter de voir l’épouse du Saint Prophète (sa) être attaquée de cette manière, ainsi ils ont répliqué, et le chameau de Hazrat Aisha (ra) était devenu le centre du champ de bataille. La bataille ne s’est terminée qu’une fois que quelqu’un avait paralysé le chameau de Hazrat Aisha (ra). 

Hazrat Zubair (ra) et Hazrat Talha (ra) professent l’allégeance à Hazrat Ali (ra) 

Le Calife (aba) a relaté qu’en voyant cette situation, Hazrat Ali (ra) était profondément attristé. Hazrat Zubair (ra) et Hazrat Talha (ra) avaient tous deux quitté le champ de bataille car ils s’étaient rendus compte de leur faute dans ce qui se passait, mais tous deux sont tombés en martyr au cours de la bataille. Cependant, au moment où ils sont tombés en martyr, ils avaient tous deux professé leur allégeance à Hazrat Ali (ra). Plus tard, Hazrat Ali (ra) a pris les dispositions nécessaires pour le retour de Hazrat Aisha (ra) et est allé lui-même la voir partir. Au moment de son départ, Hazrat Aisha (ra) et Hazrat Ali (ra) ont exprimé et convenu qu’ils s’étaient disputé pour des choses insignifiantes qui arrivent souvent  habituellement au sein d’une famille et que cette dispute était devenue incontrôlable. 

Bataille de Siffin 

Le Calife (aba) a ensuite relaté des incidents concernant la bataille de Siffin, qui a opposé Hazrat Ali (ra) et Hazrat Mu’awiyah. Siffin est un endroit situé entre la Syrie et l’Irak. Lorsque les deux troupes ont atteint Siffin, Hazrat Ali (ra) a clairement exprimé qu’il n’était venu que pour former une trêve avec Hazrat Mu’awiyah, mais Hazrat Mu’awiyah a refusé et a insisté pour que les assassins de Hazrat Outhman (ra) soient remis à lui. Tous les efforts possibles pour éviter les combats ont été faits, mais en vain. L’un de ces efforts a été que les deux parties ont décidé de nommer un représentant qui déciderait, selon le Saint Coran, de ce qu’il faudrait faire de ceux qui avaient assassiné Hazrat Outhman (ra). Ainsi, Hazrat ‘Amr bin’ Aas (ra) a été nommé du côté de Hazrat Mu’awiyah tandis que Hazrat Abu Musa Ash’ari (ra) a été nommé du côté de Hazrat Ali (ra). Lorsque les deux se sont entretenus, ils ont décidé que tout d’abord Hazrat Mu’awiyah et Hazrat Ali (ra) devaient être démis de leurs fonctions de direction. Le Calife (aba) a commenté que ce n’était pas le but pour lequel ils avaient été nommés, donc cette décision était erronée dans tous les cas. 

Le Calife (aba) a déclaré que lorsque les deux représentants étaient sur le point d’annoncer leur décision, Hazrat ‘Amr bin’ Aas (ra) a annoncé que leur décision était que Hazrat Ali (ra) ne devrait plus être le Calife, mais il a également déclaré que Hazrat Mu’awiyah devrait rester en tant qu’Emir. Pour une certaine raison, peut-être en raison de l’influence des autres, il a pris cette mauvaise décision et a fait cette mauvaise annonce. Hazrat Ali (ra) a refusé et a déclaré que ce n’était pas le but pour lequel ces deux avaient été nommés. Un groupe de rebelles est allé voir Hazrat Ali (ra), ils lui ont dit qu’il avait eu tort de nommer un représentant en premier lieu, même s’il avait accepté de le faire sur leur demande. Hazrat Ali (ra) a déclaré qu’il n’y avait pas de mal à nommer des représentants pour décider du sort des assassins de Hazrat Outhman (ra), mais il avait clairement indiqué que leur décision ne serait acceptée que si elle était conforme au Saint Coran, mais leur décision ne l’était pas. Ces rebelles n’ont pas accepté cela et ont quitté l’allégeance de Hazrat Ali (ra), ils sont devenus connus sous le nom de Khawarijs, et ont déclaré qu’il n’y avait pas besoin de leadership. 

Bataille de Nahrawan 

Le Calife (aba) a ensuite raconté des incidents concernant la bataille de Nahrawan, qui opposait Hazrat Ali (ra) et les Khawarijs. Les Khawarijs avaient commencé à causer des troubles et à commettre des meurtres insensés, y compris ceux de femmes. Quand Hazrat Ali (ra) a entendu parler de cela, il a envoyé un représentant pour voir ce qui se passait, mais les Khawarijs avaient également tué ce représentant. Puis, Hazrat Ali (ra) s’est rendu en personne à Nahrawan et a invité les Khawarijs à une trêve. Sur ce, cent des quatre mille Khawarijs avaient rejoint Hazrat Ali (ra) tandis qu’un grand nombre s’était retiré du champ de bataille. Les autres sont restés à se battre, à la suite de quoi tous les Khawarijs qui étaient restés ont été tués au combat. 

Le Calife (aba) a déclaré qu’il continuerait de relater les anecdotes de la vie de Hazrat Ali (ra) à l’avenir. 

Une demande de prière pour les ahmadis en Algérie et au Pakistan 

Le Calife (aba) a de nouveau lancé un appel à la prière pour les Ahmadis résidant au Pakistan et en Algérie. Le Calife (aba) a déclaré que ces derniers jours, il y avait de bonnes nouvelles d’Algérie, que deux tribunaux ont libéré de nombreux Ahmadis qui ont été accusés à tort. Le Calife (aba) a prié pour les juges qui avaient acquitté les Ahmadis afin qu’Allah les récompense pour avoir agi avec justice et qu’Il permette aux autres de faire de même. Le Calife (aba) a prié pour que ceux qui occupent des positions de pouvoir au Pakistan et qui agissent injustement, qu’Allah leur permette de se débarrasser de leur rancune et de faire preuve de raison. Il a également prié que ceux qu’Allah ne juge pas digne d’être réformés, qu’Il fasse qu’ils soient punis rapidement, et qu’Allah fasse que la situation devienne plus facile à vivre pour les Ahmadis au Pakistan. Le Calife (aba) a ajouté que les Ahmadis du Pakistan devraient faire davantage de supplications, et réciter des prières. Le Calife (aba) a fait part de certaines prières qui devraient être spécifiquement récitées. 

Prières funéraires 

Le Calife (aba) a dit qu’il offrirait les prières funéraires en l’absence des dépouilles des membres décédés suivants : 

  • Hunda Abbas qui était l’épouse d’Abbas bin Abdul Qadir Shaheen de Khairpur. Elle est décédée le 29 décembre 2020. Lorsque son mari est tombé en martyr, elle a fait preuve d’une patience exemplaire. L’un de ses frères qui n’était pas ahmadi avait déclaré que si seulement il était tombé en martyr alors qu’il était sur le bon chemin, mais elle a répondu en disant qu’elle était honorée que son mari soit tombé en martyr alors qu’il suivait le vrai et le bon chemin. Le Calife (aba) a déclaré que l’une de ses amies les plus proches de l’école est devenue l’épouse du général Zia-ul-Haq. Cependant, elle n’est jamais allée la rencontrer, disant qu’elle n’avait aucun intérêt à maintenir une relation avec la femme de quelqu’un qui s’opposait et injuriait le Messie Promis (as). Elle était très pieuse, offrait régulièrement ses prières, et était toujours en avant pour les sacrifices financiers. Elle a inculqué les mêmes habitudes à ses enfants. Elle aimait beaucoup le Califat. Tout le monde l’aimait beaucoup. Elle laisse dans le deuil trois filles et deux fils. Le Calife (aba) a prié pour que sa progéniture puisse perpétuer ses nobles actions, et qu’Allah élève son rang au Paradis. 
  • Rizwan Sayed Naeemi est  décédé le 13 octobre 2020. Il a vu une fois Sayed Abdul Qadir Jilani (rh) dans un rêve dans lequel il a pointé vers une personne et le fait qu’il devrait rejoindre sa communauté. Ainsi, il s’est rendu compte qu’il s’agissait de la communauté du Messie Promis (as) et de son Calife. Il a donc accepté l’Ahmadiyyat en 2011. C’était une personne vertueuse et qui aimait propager le message de l’Islam. Son fils, sa femme et son beau-frère ont également accepté l’Ahmadiyyat. Le Calife (aba) a prié pour qu’Allah affermisse leurs pas et qu’Il leur permette de perpétuer ses nobles actions, et qu’Allah élève le rang du défunt au Paradis. 
  • Mali Ali Muhammad est décédé le 20 août 2020. Il a eu l’honneur d’avoir été emprisonné dans la voie d’Allah au Pakistan. Il offrait régulièrement les prières et jeûnait régulièrement, il était hospitalier, s’occupait des pauvres, récitait régulièrement le Saint Coran et apprenait à le réciter aux autres aussi. Il laisse dans le deuil trois fils et onze petits-enfants. Un de ses fils est missionnaire au Kenya et n’a pas pu assister aux funérailles. Qu’Allah lui accorde la patience et élève la position de son père au Paradis. 
  • Ehsan Ahmad est décédé le 27 octobre 2020 des suites de complications du coronavirus. Il a servi la Communauté à divers postes. Il adorait diffuser le message de l’Islam et a pu aider huit personnes à accepter l’Ahmadiyyat. Il laisse dans le deuil sa femme, ses deux fils, une fille, ses parents, trois frères et deux sœurs. Le Calife (aba) a prié pour qu’Allah leur accorde la patience et élève le rang du défunt au Paradis. 
  • Riazuddin Shams était le plus jeune fils de Jalal-ud-Din Shams. Il avait beaucoup d’amour pour le Califat. Il ne s’inquiétait pas pour lui-même mais surtout pour ses filles en période de maladie. Tout le monde dit qu’il sourirait toujours quoi qu’il arrive. Il laisse dans le deuil deux filles et un fils. Le Calife (aba) a prié pour qu’Allah leur accorde la patience et qu’Il fasse preuve de miséricorde et de pardon à l’égard du défunt et élève son rang au Paradis. 

Étiquettes