Ahmadiyya

Qui était Mubarak Ahmad Nazir, Missionnaire hors norme de la Communauté musulmane Ahmadiyya

Dans cet article, Asif Arif présente un missionnaire exemplaire, Mubarak Ahmad Nazir.

Par Asif Arif

J’avais pour habitude de l’appeler « mon mentor » lorsque je lui écrivais des courriels et il prenait toujours le soin d’y répondre tendrement. Peu de temps avant son décès, je m’excusais de ne pas avoir pris de ses nouvelles pendant la période de la pandémie et je lui demandais si tout allait bien, ce à quoi il me répondit « Alhamdulillah, Alhamdulillah ». Son décès m’a attristé et m’a donné envie d’écrire ce petit papier sur Mubarak Ahmad Nazir afin de présenter ce missionnaire au monde francophone.

En raison de sa présence dans les pays d’Afrique anglophone et de ses origines pakistanaises, beaucoup de membres de l’Afrique francophone ou d’autres pays francophones ne connaissent que peu – ou pas – cette figure emblématique de la communauté musulmane Ahmadiyya. Tour à tour missionnaire en charge de la Sierra Leone, où son père est enterré, principal de la Jamia du Canada ainsi que Missionnaire en charge du Canada, cette personnalité de la communauté musulmane Ahmadiyya est connue pour son éloquence sans pareille lorsqu’il se saisit d’un podium pour y faire un discours.

Réputé pour ses mélanges astucieux et ludiques de l’ourdou et de l’anglais, Mubarak Ahmad Nazir était également un missionnaire souriant, à l’écoute des élèves de la Jamia qui en conservent, tous, un excellent souvenir. Sa Sainteté le Calife, dans son sermon du 18 mars 2022, a rappelé tous les traits caractéristiques de ce missionnaire qui avait une foi inébranlable en Dieu. 

Pour ceux qui n’étaient pas des missionnaires ou qui n’en n’étaient pas nécessairement proches, ils gardent dans leur mémoire ce discours de la Jalsa Salana d’Allemagne au cours duquel Mubarak Ahmad Nazir nous a fait une démonstration brillante de la relation vivante avec Dieu et, quelque part, en nous parlant avec la passion dont seul ce dernier avait le secret, de sa relation avec Dieu.

Dans une vidéo récente mis en ligne par un internaute sur Twitter, on le voit aux côtés de Naseem Mehdi, autre grande personnalité décédée récemment, où le présentateur introduit les deux ténors de la communauté en rappelant leurs charismes respectifs. Naseem Mehdi de tout de suite corriger le présentateur en indiquant « nous ne disposons d’aucun charisme, nous sommes simplement de petits serviteurs du Khalifatul Massih ». A cet instant précis, on peut percevoir Mubarak Ahmad Nazir le regard baissé, plongé dans un profond moment d’humilité qui transparaît de son visage.

Mubarak Ahmad Nazir est issu d’une grande famille de missionnaires de notre communauté. Son père, Al Hajj Maulavi Nazir Ahmad Ali (ra) était un pionnier de l’établissement de la communauté musulmane Ahmadiyya à l’étranger. En 1945, juste après la Seconde Guerre Mondiale, c’est lui qui a été mandaté par Hadhrat Musleh Maoud (ra) afin d’aller établir la communauté ahmadiyya en Sierra Leone. A l’époque, le voyage se faisait en bateau, et il fallait attendre 3 mois pour atteindre les côtes de l’Afrique de l’Ouest depuis celles de l’Inde. Alors que Mubarak Ahmad Nazir n’était qu’un enfant, l’administration navale refusa de le faire embarquer aux motifs que face à sa condition frêle, il ne disposait pas de chambre froide en cas de décès. La seule raison qui pouvait éventuellement faire accepter l’administration navale de le faire embarquer et que Al Hajj Maulavi Nazir Ahmad Ali (ra) signe un document autorisant l’administration navale à jeter le corps par-dessus bord en cas de décès. 

Il décrit alors une scène où sa mère dit à Al Hajj Maulavi Nazir Ahmad Ali (ra) de prendre un autre bateau et d’attendre. Le père de Mubarak Ahmad Nazir de répondre : « Arrête de t’inquiéter pour cet enfant ! Il ne lui arrivera rien. Je ne sais pas quand est-ce que le prochain bateau arrivera, je suis un missionnaire de l’Ahmadiyya, et le Calife de la communauté m’a assigné une mission à accomplir ». C’est alors qu’il regarda le médecin et dit « où est-ce que je dois signer ? » Vous avez ici une des narrations qui va marquer sa vie à jamais et va lui faire comprendre le degré de sacrifice attendu par les missionnaires de notre communauté.

A la lecture vidéo d’un récent Jalsa Salana, on se rend également compte de l’amour que portait Mubarak Ahmad Nazir pour le Saint Prophète (sa) et que la présence d’aucun ministre ou député ne pouvait affecter. Il dit notamment au parterre de politiques assis devant lui que « la raison pour laquelle vous êtes ici et que vous louez la communauté Ahmadiyya c’est notre bien aimé maître, le Saint Prophète Muhammad (saw) ».

Je voulais raconter au monde francophone quelques éléments de la vie de Mubarak Ahmad Nazir afin que, lorsque son nom est mentionné, nous ayons une idée, fût-elle laconique, de la personnalité de ce grand missionnaire.

Je ne suis ni élève de la Jamia, ni n’ai-je fréquenté Mubarak Ahmad Nazir sur une base quotidienne. Lorsque je l’ai vu, je n’ai même pas pris une photo avec lui en guise de souvenir. Mais le souvenir qu’il m’a laissé de lui est celui d’un homme pieux, qui a fortifié ma foi, qui m’a démontré que tout passe par l’obéissance au Calife et par l’amour sincère et dévoué que l’on porte au Prophète de l’islam, Muhammad (saw). Peut-être que, finalement, c’est le meilleur souvenir qu’un homme peut en laisser à un autre. Et pour cela, je lui en suis reconnaissant. 

A Dieu nous appartenons, et vers Lui, chacun d’entre nous, retournons.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire