Prophéties

« Terre malheureuse » de Kaboul, quel espoir ?

Le 14 Juillet 1903, Hazrat Sahibzada Abdul Latif (ra) a été martyrisé de façon atroce sur le sol d’Afghanistan. Depuis ce pays n’a ni connu la paix et ni la prospérité. Quel avenir pour l’Afghanistan selon le Messie Promis (as) ?

Par le Professeur Amtul Razzaq Carmichael, Royaume-Uni

L’Afghanistan, et en particulier Kaboul, n’est pas épargné par la violence, les morts et la destruction. Ce pays a une long passé tumultueux marqué par des événements tragiques. Ces évènements ont une portée particulière au regard des musulmans Ahmadis car ils sont la manifestation de prophéties qui ont été annoncées par le Messie Promis (as) de Qadian. 

La prophétie du Messie Promis (as)

Dans son immense œuvre théologique Barahin-e-Ahmadiyya, le Messie Promis (as) a écrit une prophétie divine qui fait allusion au martyr cruel de deux de ses disciples. La prophétie déclarait que deux boucs seraient sacrifiés. Cette prophétie fut accomplie avec le meurtre barbare de deux Ahmadis en Afghanistan survenu dans des conditions extrêmement cruelles. Hazrat Sahibzada Sayyad Abdul Latif (ra), qui était un chef admiré et hautement estimé à Khost en Afghanistan, a été assassiné par lapidation ; et Hazrat Mian Abdul Rahman (ra), qui était l’un des plus fidèles élève de Sahibzada Sayyad Abdul Latif (ra), a été tué par strangulation, pour la simple raison qu’ils avaient accepté le Messie Promis (as). La cruauté de ces deux événements était telle, que le Messie Promis (as) écrit une œuvre en 1903 qu’il intitula “Tadhkirat-ush-Shahadatain” (le récit de deux martyrs), qui relate d’une manière saisissante l’histoire de deux crimes atroces commis au nom de la religion. [i]

Hazrat Sahibzada Abdul Latif se rend à Qadian

Hazrat Sahibzada Sayyad Abdul Latif (ra) s’est rendu à Qadian pour essayer de comprendre la revendication de Hazrat Mirza Ghulam Ahmad de Qadian, à savoir qu’il était le Messie Promis (as), et qu’il avait été envoyé par Dieu pour réformer les gens de cette époque. Après son investigation et une analyse approfondie, Hazrat Sahibzada Sayyad Abdul Latif (ra) fut convaincu de la véracité de cette revendication, et prêta allégeance sur la main du Messie Promis (as). Il resta à Qadian pendant un certain temps avant de retourner en Afghanistan. L’émir afghan a été mis au courant de sa visite à Qadian; il l’invita donc dans la capitale sous couvert de faux prétextes. L’émir lui avait assuré qu’il souhaitait en savoir plus sur la revendication du Messie Promis (as), et que s’il en serait convaincu, il finirait même par l’accepter avec plaisir.

Une persécution atroce

Lorsque Hazrat Sahibzada Sayyad Abdul Latif (ra) arriva à Khost, à proximité de Kaboul, huit membres du gouvernement l’ont escorté jusqu’à la capitale. L’émir le traita alors avec un immense mépris. Sur un ton très désobligeant, l’émir demanda à ses fonctionnaires de l’éloigner de lui, affirmant qu’il dégageait une odeur nauséabonde. Peu après, Hazrat Sahibzada Sayyad Abdul Latif (ra) fut emprisonné dans le domaine où résidait l’émir. En prison, il fut ligoté avec de très lourdes chaînes en fer appelées « Ghargharaab » qui pèsent environ 65kg. Ces chaînes entouraient son cou, sa taille et il était menotté. De plus, l’émir ordonna que des entraves de 8kg soient attachées à ses chevilles. Il a ensuite été torturé dans cet état de captivité pendant quatre mois. [ii] Il était sans cesse harcelé et embobiné pour le contraindre à renoncer à l’Ahmadiyyat. On lui promettait que s’il renonçait à l’Ahmadiyyat, l’émir rétablirait sa place légitime au sein de la hiérarchie religieuse en Afghanistan. Mais il refusa de céder et réaffirma sa foi malgré les conditions inhumaines et extrêmement difficiles de sa détention.


Une foi inébranlable

Ensuite, il fut accusé d’apostasie et d’hérésie par un tribunal religieux. A la Mosquée Royale, un face-à-face opposant le captif et huit clercs religieux a eu lieu ; la confrontation était arbitrée par un docteur qui était aussi un fervent opposant du mouvement musulman Ahmadiyya. Les documents officiels de ce procès n’ont jamais été publiés. Au cours du procès, Hazrat Sahibzada Sayyad Abdul Latif (ra) était interrogé par les religieux, il devait écrire ses réponses et était encerclé par 8 soldats armés se tenant au-dessus de lui et pointant leurs épées vers lui. A la fin du soi-disant procès, un verdict d’apostasie a été rendu. L’émir de Kaboul a approuvé ce verdict sans avoir consulté aucun document, ni entendu aucun autre argument. Sayyad Abdul Latif (ra) retourna en prison. La semaine suivante, l’émir de Kaboul l’assigna à comparaître au tribunal en présence d’une plus grande assemblée.

C’est encore plus poignant de lire le récit de cette audience tel qu’il a été rédigé par le Messie Promis (as), il relate l’échange qui s’est tenu entre les deux camps opposés : « Le verdict d’apostasie a été prononcé à votre encontre. A présent voulez-vous vous repentir ou être condamné ? » Hazrat Sahibzada Sayyad Abdul Latif (ra) répondit de manière claire et affirmative : « Je ne peux renoncer à la vérité ; devrais-je accepter le mensonge par peur de mourir ? Non, ça je ne le ferai jamais. » L’émir a beaucoup essayé de le persuader afin qu’il se rétracte, il s’est même engagé personnellement à lui rendre sa liberté et à lui accorder d’autres privilèges. Mais Sahibzada Sayyad Abdul Latif (ra) a refusé catégoriquement ces propositions et affirma : « Il ne faudra jamais vous attendre à ce que je me rétracte un jour de la vérité. » [iii]

Une prophétie accomplie

Hazrat Sahibzada Sayyad Abdul Latif (ra) fut condamné à mort par lapidation. Le jour de l’exécution, il a été traîné comme un animal jusqu’au lieu de son exécution avec une corde attachée entre les narines. Il était enseveli sous terre des pieds jusqu’à la taille, et on lui demanda à plusieurs reprises de dénoncer l’Ahmadiyyat afin d’échapper à cette mort violente mais il refusa. Sur ordre de l’émir de Kaboul, le chef religieux lui lança la première pierre, puis s’ensuivit une avalanche de pierres lancées par le public jusqu’à entrainer sa mort atroce en martyr le 14 juillet 1903.

Cet incident accomplit la prophétie du Messie Promis (as) qui avait prédit le sacrifice de deux boucs. En parlant de ce sacrifice, le Messie Promis (as) a expliqué qu’au cours de leur vie, les chèvres nourrissent les autres avec leur lait et de la même manière, Hazrat Sahibzada Sayyad Abdul Latif a donné au peuple afghan le lait de la connaissance spirituelle et de la sagesse en élucidant les concepts de Jihad, de la mort de Jésus et de l’avènement du Messie Promis (as). A l’instar des chèvres, il fut sacrifié d’une manière sauvage et inhumaine. [iv] Le Messie Promis (as) a déploré le terrible martyr d’un homme innocent aux mains de dirigeants religieux, d’hommes politiques et du public. Il a écrit : « O terre de Kaboul ! tu es témoin du crime odieux qui a été commis sur ton sol. O terre misérable ! Tu as, sous les yeux d’Allah, été condamnée, car tu es le théâtre de ce crime des plus atroces. » [v]

L’Afghanistan, cible de la colère divine

Depuis, la misérable terre de Kaboul est le théâtre de meurtres, d’effusions de sang, de violences et d’extrêmes brutalités. Après le terrible martyr, une épidémie mortelle de choléra s’est répandue dans la ville, tuant des centaines de milliers de personnes, y compris des membres de la famille qui était au pouvoir. En 1919, lors d’une violente lutte pour la souveraineté, l’émir Habib Allah Khan fut assassiné et son fils pendu. En 1921, l’effusion de sang a continué pendant la troisième guerre anglo-afghane. En 1923, de violents conflits internes et des divisions ont entrainé des remaniements au sein du régime et de nombreux morts ont été déplorés ; puis de sanglants conflits internes opposant les seigneurs de la guerre ont continué. En 1980, l’Afghanistan a été envahi par les forces russes. Après une période de combats d’une extrême violence, de meurtres et d’effusions de sang, les forces soviétiques se sont retirées en 1989, après la mort de plus de 50 000 soldats russes. En 1994, les forces talibanes ont commencé à semer la pagaille dans le pays provoquant des morts, des tortures et l’anarchie. Après les événements du 11 septembre 2001, les forces américaines ont envahi l’Afghanistan. [vi] On estime à 241 000 le nombre de personnes tuées dont la mort était la conséquence directe de cette guerre. Sans compter les centaines de milliers de civils morts de faim, de maladies et de blessures au cours de cette guerre dévastatrice. De surcroît, on estime que 66 000 à 69 000 militaires et policiers afghans ont perdu la vie au cours de ces deux dernières décennies. Le nombre de rebelles morts pendant la guerre, y compris les combattants talibans, est estimé à 84 191. [vii] Récemment le soulèvement de la violence suite au retrait des forces occidentales et la recrudescence des activités des talibans viennent vraisemblablement s’ajouter à ces tristes et misérables chiffres.

Quel avenir pour ce pays ?

La trajectoire des futurs événements qui pourraient survenir en Afghanistan semble être horrible. La violence, les crimes, l’effusion de sang et l’anarchie semblent inévitables. Le coût humain de la guerre en Afghanistan est immense. Est-ce que cela est normal ? La triste terre de Kaboul sera-t-elle éternellement un foyer de violence et de meurtre, et restera-t-elle désertée, ruinée, dangereuse et démunie ? Y a-t-il un espoir de paix dans cette terre condamnée à l’anarchie, à la violence et l’effusion de sang ? Existe-t-il une échappatoire pour la population civile afghane qui est innocente, de se construire une vie avec un semblant de normalité ? Verrons-nous un jour les hommes, femmes et enfants afghans grandir dans un climat heureux, prospérer et réaliser leur plein potentiel ?

L’histoire des mouvances religieuses témoigne du fait que le sacrifice des martyrs ouvre la voie à une longue série de triomphes et de victoires. L’Afghanistan fut le premier pays à mal interpréter les lois de la charia et à tuer des âmes innocentes pour avoir accepté le Messie des derniers jours (as), en prétendant qu’ils étaient des apostats. Cette interprétation incorrecte de l’Islam a ravagé la vie d’individus afghans, provoquant souffrances et misères chez des millions d’afghans, notamment les femmes. Une compréhension claire du véritable Islam, qui n’est possible que par l’acceptation du Messie de notre époque, mettra le peuple afghan sur le chemin de la paix.

Le Messie Promis (as) a dit :

« J’ai vu dans une vision qu’une grande branche, verte et florissante d’un cyprès de notre jardin avait été coupée et que quelqu’un la tenait dans sa main. Alors j’ai entendu quelqu’un dire :

Plantez cette branche dans le terrain près de ma maison à la place de celle qui a été coupée. Elle continuera de croître.

A cet instant j’ai reçu la révélation :

‘… کابل سے کاٹا گیا اور سیدھا ہماری طرف آیا

Coupé de Kaboul, il est venu directement vers nous.

J’ai interprété cette révélation comme signifiant que le sang du défunt, le martyr (Sahibzada Abdul Latif), est tombé sur le sol comme une graine et deviendrait très fructueux, et augmenterait le nombre de fidèles au sein de notre communauté. »

Ainsi, accepter le message du Messie de notre époque (as), conformément aux enseignements du Saint Prophète (sa), est la clé qui mettra un terme à la violence en Afghanistan.

Que le peuple afghan puisse accepter le Messie de cette époque, et que les bénédictions du martyr de Hazrat Sahibzada Sayyad Abdul Latif deviennent manifestes. Que Dieu transforme Kaboul, une terre de condamnation et de violence en une terre de paix et de prospérité. Ameen


À propos de l’auteur : Le professeur Amtul Razzaq Carmichael MD, MEd, FRCS (Chirurgie), MBBS, est consultante. Elle a obtenu une médaille d’or en 1987 pour son excellence académique et s’est formée à la chirurgie dans les meilleurs hôpitaux universitaires de Londres, Édimbourg et Philadelphie. Elle est l’auteur de nombreux articles publiés dans de grandes revues scientifiques à comité de lecture. Elle est membre senior du comité de rédaction de The Review of Religions et Rédacteur-en-Chef adjointe.


Références

[i] https://www.alislam.org/book/narrative-two-martyrdoms/foreword-11/

[ii] https://www.alislam.org/book/narrative-two-martyrdoms/the-events/

[iii] https://www.alislam.org/book/narrative-two-martyrdoms/the-events/

[iv] https://www.alislam.org/book/narrative-two-martyrdoms/prophecies-3/

[v] https://www.alislam.org/book/narrative-two-martyrdoms/prophecies-3/

[vi] https://www.reviewofreligions.org/wp-content/uploads/pdf/RR200307.pdf#page=17 The relevant historical information is actually in pages 18-19 of this PDF.

[vii] https://interactive.aljazeera.com/aje/2021/afghanistan-visualising-impact-of-war/index.html

Étiquettes

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire