Résumé Sermon du Vendredi

Le martyre et la dette de Hadhrat Oumar (ra)

La Revue des Religions vous présente un résumé du sermon du vendredi prononcé par le Calife, Hadhrat Mirza Masroor Ahmad (aba), le 15 octobre 2021.

Après avoir récité Tashahhoud, Ta’awwouz et la sourate Al-Fatiha, Sa Sainteté, Hadhrat Mirza Masroor Ahmad (aba) a déclaré qu’il continuerai de mettre en lumière les incidents de la vie de Hadhrat Oumar (ra).

Détails entourant le martyre de Hadhrat Oumar (ra)

Sa Sainteté (aba) a déclaré à propos du martyre de Hadhrat Oumar (ra) que lorsqu’il a été attaqué, c’était l’heure de la prière du Fajr [prière offerte juste avant l’aube]. Selon certains récits, il a été immédiatement ramené chez lui et était dans un état d’inconscience. Quand il s’est réveillé, il a demandé si tout le monde avait offert sa prière. Il a ensuite dit que la foi n’était pas complète s’ils abandonnent la prière, puis il a commencé à offrir la prière lui-même.

Sa Sainteté (aba) a déclaré que Hadhrat Oumar (ra) a ordonné une enquête pour savoir qui l’avait attaqué. On a su que Abou Lou’lou’, l’esclave de Moughirah bin Sha’bah, était le coupable, et qu’il avait également attaqué d’autres musulmans. Lorsqu’il a été neutralisé, il a utilisé la même lame pour s’ôter la vie.

Sa Sainteté (aba) a déclaré que Hadhrat Oumar (ra) n’est pas tombé en martyr suite à une querelle personnelle, mais plutôt à la suite d’un complot. Les historiens ont écrit qu’un complot a été ourdi pour assassiner Hadhrat Oumar (ra). Un soldat perse célèbre, Hormouzan, qui était apparemment devenu musulman et vivait à Médine, était également impliqué dans ce complot.

Sa Sainteté (aba) a relaté que Abou Lou’lou’ avait également une racune contre Hadhrat Oumar (ra) car les musulmans avaient conquis sa terre. Cela l’a également agacé et l’a conduit à commettre cet acte. Ainsi il a aiguisé son couteau et l’a trempé dans du poison. Il a montré son couteau à Hormouzan qui a dit que toute personne attaquée à l’aide de celui-ci mourrait sûrement. Il est rapporté qu’une personne avait vu ce même couteau dans les mains de Hormouzan et de Joufaynah, et lorsqu’ils ont été interrogés à ce sujet, ils ont répondu qu’ils l’avaient utilisé pour couper de la viande.

Sa Sainteté (aba) a cité des historiens qui, sur la base des mesures disciplinaires prises contre des personnes comme Hormouzan et Joufaynah, ainsi que du fait que le même couteau a été vu en leur possession avant le martyre de Hadhrat Oumar (ra), ont écrit que ces éléments montrent que le tueur n’avait pas agi seul, et que ce martyre avait plutôt fait l’objet d’un complot plus large, qui a été exécuté par Abou Lou’lou’.

Sa Sainteté (aba) a dit qu’il y avait un groupe de personnes à Médine qui prétendaient être musulmans mais étaient secrètement opposées à l’islam. Ce groupe de personnes pensait qu’en attaquant le chef des musulmans, cela entraverait leur unité et affaiblirait ainsi cette religion. Cependant, il se trouve qu’une personne ait vu le couteau avant même que Hadhrat Oumar (ra) ne soit martyrisé, et certains disent même avoir vu ces trois personnes comploter auparavant. Ainsi, les choses sont devenues claires par la suite et les mesures requises ont été prises contre les auteurs.

Sa Sainteté (aba) a relaté qu’il est rapporté par le fils de Hadhrat Oumar (ra) que lorsque son père a été attaqué, il se trouvait auprès de lui. Les gens ont demandé à Hadhrat Oumar (ra) de désigner un Calife après lui. Il a répondu en disant que précedemment, quelqu’un de meilleur que lui, c’est-à-dire Hadhrat Abou Bakr (ra), avait nommé son successeur. Cependant, il a ajouté que de même, précedemment, quelqu’un d’encore plus grand que lui, c’est-à-dire le Saint Prophète (sa), n’avait pas explicitement nommé son successeur. Le fils de Hadhrat Oumar (ra) avait compris, après que son père ait utilisé cet exemple, qu’il ne désignerait pas son successeur.

Sa Sainteté (aba) a déclaré que lorsque Hadhrat Oumar (ra) a été attaqué, la douleur était atroce. Hadhrat Oumar (ra) avait l’assurance que le Saint Prophète (sa) avait été satisfait de lui, tout comme Hadhrat Abou Bakr (ra) et les compagnons du Saint Prophète (sa). Hadhrat Oumar (ra) a déclaré que ce n’était que le fruit de la grâce d’Allah. Il a dit qu’il n’avait pas peur pour lui-même, mais qu’il craignait plutôt pour le bien des musulmans. En fait, il n’avait pas peur de tomber en martyr puisqu’il avait lui-même prié pour cela.

Transformer la peur en paix

Sa Sainteté (aba) a cité le deuxième calife (ra) de l’Ahmadiyya qui a expliqué un aspect de la promesse de Dieu en lien avec le Califat, qu’il changera leur état de crainte en un état de paix. Il a expliqué que Hadhrat Oumar (ra) lui-même a prié pour tomber en martyr à Médine et que cette prière a été acceptée. Par conséquent, on ne peut pas dire que sa crainte ne s’est pas transformée en paix, car il n’a jamais craint le martyre en premier lieu. En fait, cette prière a été acceptée de manière à ce que le désir de martyre de Hadhrat Oumar (ra) soit accompli, et cela sans qu’une armée étrangère n’attaque Médine, assurant ainsi la sécurité des musulmans. Au lieu de cela, ce complot a émergé de l’intérieur de Médine et ainsi, la prière de Hadhrat Oumar (ra) a été acceptée.

Sa Sainteté (aba) a encore cité le deuxième calife de l’Ahmadiyya (ra) qui a déclaré qu’avant le martyre, une affaire avait été portée devant Hadhrat Oumar (ra) il s’agissait d’un contentieux qui portait sur une petite somme, et qui impliquait également celui qui allait devenir son assassin. Dans cette affaire, Hadhrat Oumar (ra) avait pris une décision juste, qui s’était avérée être en défaveur d’Abou Lou’lou’. Cela l’a grandement mis en rage, au point où il a assassiné  Hadhrat Oumar (ra). Le deuxième calife de l’Ahmadiyya(ra) a expliqué que même si le contentieux ne portait que sur une petite somme, le simple fait que la décision prise n’était pas en sa faveur l’a tellement mis en rage qu’il en est venu à le tuer. Certaines personnes sont tellement motivées par la colère et l’inimitié qu’elles commettent des actes aussi odieux.

Sa Sainteté (aba) a continué à citer le deuxième calife de l’Ahmadiyya(ra) qui a déclaré à la lumière de cet incident et du désordre qui s’en est suivi, qu’à de tels moments, au moment de la prière, certaines personnes devraient être désignées pour assurer la sécurité et protéger les fidèles.

La préoccupation de Hadhrat Oumar (ra) au sujet du remboursement de sa dette

Sa Sainteté (aba) a relaté qu’avant sa mort, Hadhrat Oumar (ra) avait demandé à son fils quel était le montant de sa dette. Cette dette n’avait pas été contractée en raison de besoins personnels, mais plutôt parce qu’il s’occupait et prenait soin des pauvres et dépensait pour eux. Hazrat Oumar (ra) a donné des instructions à son fils quant à comment rembourser cette dette, et très peu de temps après son décès, son fils s’est acquitté de la dette de son père.

Sa Sainteté (aba) a déclaré qu’il continuerait à mettre en lumière les incidents de l’époque de Hadhrat Oumar (ra) au cours des futurs sermons.

Résumé préparé par la rédacaton de La Revue des Religions

Étiquettes

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire