Résumé Sermon du Vendredi

Résumé du Sermon du Vendredi du 4 Septembre : « Zubair bin Awwam, illustre compagnon de Badr »

La Revue des Religions vous présente un Résumé du Sermon du Vendredi prononcé par Sa Sainteté Hadrat Mirza Masroor Ahmad (a.b.a) le 4 Septembre : "Zubair bin Awwam, illustre compagnon de Badr"

Après le Ta’awudh, le Tashahoud et la Sourate Al-Fatiha, Sa Sainteté le Calife a déclaré qu’Allah le Très Haut a dit dans le Saint Coran :

Quant à ceux qui, après avoir été blessés, répondirent à l’appel d’Allah et du Messager, il y a une très grande récompense pour ceux d’entre eux qui font le bien et qui agissent avec droiture.

(Saint Coran, 3: 173)

Le Calife (a.b.a.) a continué à relater les faits au sujet de Hazrat Zubair bin Awwam (r.a.). En ce qui concerne le verset mentionné ci-dessus, Hazrat Aishah (r.a.) a relaté qu’il s’appliquait également à Hazrat Abu Bakr (r.a.) et à Hazrat Zubair (r.a.). Lors de la bataille d’Uhud, après que le Saint Prophète (s.a.w.) a été attaqué et que l’ennemi s’est enfui, le Saint Prophète (s.a.w.) avait demandé qui de parmi ses compagnons les suivra, un groupe de compagnons s’est présenté pour cette mission, parmi lesquels se trouvaient Hazrat Abu Bakr (r.a.) et Hazrat Zubair (r.a.), en dépit du fait que ce dernier s’était blessé.

Un Voisin au Paradis

Le Calife (a.b.a.) a relaté un autre récit dans lequel Hazrat Ali (r.a.) a déclaré que Hazrat Zubair (r.a.) ferait partie de ses voisins au paradis.

Scribe du Saint Coran

En ce qui concerne les scribes du Saint Coran, Sa Sainteté (a.b.a.) a fait référence au Deuxième Calife (r.a.) qui avait énuméré quinze scribes connus du Saint Coran que le Saint Prophète (s.a.w.) avait missionnés pour écrire les révélations du Saint Coran aussitôt qu’il les recevait. Hazrat Zubair (r.a.) faisait également partie de ces scribes.

Un Don de Terrain

Le Calife (aba) a également cité le Deuxième Calife (r.a.) qui avait relaté le fait que le Saint Prophète (s.a.w.) avait offert une parcelle de terrain à Hazrat Zubair (r.a.). Il était dit que ce terrain était si vaste que si le cheval de Hazrat Zubair (r.a.) pouvait courir librement, il n’en atteindrait la limite qu’en étant épuisé. Le Calife (a.b.a.) a commenté que les chevaux arabes étaient connus pour être significativement forts, on peut donc estimer que ce terrain s’étendait sur une surface d’environ 20 000 acres.

Une Décision Impartiale

Le Calife (a.b.a.) a raconté qu’une fois Hazrat Zubair (r.a.) avait eu un désaccord avec un compagnon Ansari concernant le ruisseau à partir duquel ils arrosaient tous les deux leurs champs. La dispute avait éclaté en présence du Saint Prophète (s.a.w.), et jouant le rôle du médiateur, le Saint Prophète (sa) avait conseillé à Hazrat Zubair (r.a.) de puiser l’eau dont il avait besoin dans le ruisseau pour son champ, et de le laisser ensuite  le reste à l’entière disposition du compagnon Ansari. Sur ce, ce dernier rétorqua au Saint Prophète (sa) qu’il avait pris cette décision parce que Hazrat Zubair (r.a.) était son neveu. En entendant ses propos, le Saint Prophète (sa) a commandé à Hazrat Zubair (r.a.) d’utiliser l’intégralité du ruisseau pour arroser son champ, montrant ainsi qu’il avait initialement pris une décision impartiale pour les deux parties. C’est dans ce contexte que le verset suivant du Saint Coran a été révélé au Saint Prophète (s.a.w.) :

Mais non, par ton Seigneur ! Ils ne seront pas croyants à moins qu’ils te prennent comme juge de tous leurs différends ; et qu’ensuite ils ne trouvent pas en eux-mêmes d’objections à tes décisions et qu’ils se soumettent complètement.

(Saint Coran 4 : 66)

Très Charitable

Le Calife (a.b.a.) a relaté qu’il est rapporté à propos de Hazrat Zubair (r.a.) qu’il avait un millier d’ouvriers, qui lui apportaient le produit de ses récoltes à la fin de la journée. Cependant, il ne gardait aucune richesse pour lui-même mais distribuait l’intégralité en charité. Ainsi, lorsqu’il est tombé en martyr, il ne possédait aucune richesse à son nom excepté quelques propriétés.

Cherchez l’aide de Dieu pour rembourser vos dettes

Le Bien Aimé Calife (a.b.a.) a raconté une narration du fils de Hazrat Zubair (r.a.). Hazrat Zubair (r.a.) lui avait conseillé que, si jamais il avait du mal à rembourser ses dettes, il ne devrait demander de l’aide qu’à Allah. Son fils a rapporté que si jamais son père avait du mal à rembourser une quelconque dette, il priait Dieu qui lui fournissait les moyens de le rembourser. Dans certains cas, Dieu faisait en sorte que les propriétés de Hazrat Zubair (r.a.) soient vendues à un montant suffisant qui lui permettait de rembourser ses dettes. Il arrivait que Hazrat Zubair (r.a.) s’endette, car les gens venaient le voir pour lui laisser une quelconque richesse leur appartenant pour qu’il la garde avec soin, et il leur disait qu’il ne la garderait pas telle qu’elle, mais plutôt sous forme de prêt, de sorte qu’il n’y ait aucune crainte que la richesse soit dépensée ou gaspillée.

Bataille du Chameau

Le Calife (a.b.a.) a ensuite cité le Deuxième Calife (ra) en faisant référence aux incidents entourant le martyre de Hazrat Uthman (ra) et l’élection subséquente de Hazrat Ali (r.a.), le prochain Calife. Le Calife (a.b.a.) a relaté les conditions dans lesquelles Hazrat Zubair (r.a.) avait prêté allégeance à Hazrat Ali (r.a.). Hazrat Zubair (r.a.) avait également cherché à venger rapidement Hazrat Uthman (r.a.) auprès de ses meurtriers. Hazrat Zubair (r.a.) estimait que Hazrat Ali (r.a.) n’agissait pas assez rapidement à cet égard. Ainsi, accompagné d’autres compagnons, il avait sollicité l’aide de Hazrat Aisha (ra) à cet égard, qui s’était engagée à le supporter pour la rétribution de ce meurtre. C’est à la suite de cette divergence d’opinion que la Bataille du Chameau avait eu lieu entre les armées de Hazrat Aisha (r.a.) et de Hazrat Ali (r.a.). Le Calife (a.b.a.) a déclaré que cet incident a été relaté dans les récits de Hazrat Talha (r.a.) qui montraient clairement  que cette bataille était le résultat de l’incitation des espiègles et des hypocrites, et certains compagnons se sont impliqués en raison d’un malentendu.

Le Calife (a.b.a.) a raconté que Hazrat Zubair (r.a.) s’était retiré du champ de bataille, parce qu’il se rappelait que le Saint Prophète (s.a.w.) lui avait dit une fois qu’il se battrait contre Hazrat Ali (r.a.) et qu’il serait à l’origine du malentendu.

Le Calife (a.b.a.) a déclaré que Hazrat Zubair (r.a.) était tombé en martyr à son retour de la Bataille du Chameau. Lorsque l’épée de Hazrat Zubair (r.a.) a été apportée à Hazrat Ali (r.a.), il a dit que cette épée protégeait et apportait du réconfort au Saint Prophète (sa), mais que maintenant elle était devenue source de désordre. Hazrat Ali (r.a.) avait maudit la personne qui avait assassiné Hazrat Zubair (r.a.).

Prières funéraires

Le Calife (a.b.a.) a annoncé les prières funéraires en l’absence des corps des membres décédés suivants de la Communauté.

Al-Hajji Ibrahim Uwahay

Al-Hajji Ibrahim Uwahay est décédé le 10 août. Il était Vice-Président de la Communauté Musulmane Ahmadiyya de Gambie. Il offrait régulièrement la Salat et les prières surérogatoires. Il faisait aussi régulièrement l’aumône et avait un profond amour pour le Saint Coran. Il a obtenu son Master aux États-Unis puis est retourné au service de la population de son pays. C’était un éducateur grandement considéré dans les cercles intellectuels. Il a laissé derrière lui deux femmes, sept fils et deux filles. Le Calife (a.b.a.) a prié pour le pardon du défunt et pour que ses enfants deviennent les héritiers de l’accomplissement des prières de leur père.

Naeem Ahmad Khan

Naeem Ahmad Khan est décédé en avril. Il a servi en tant que Vice-Président de la Communauté Musulmane Ahmadiyya de Karachi. Il a servi à différents postes au sein de la Khouddam-ul-Ahmadiyya (branche auxiliaire des jeunes), et il a également occupé de nombreux autres postes au sein de cette branche. Il a été auditeur de la première Assemblée Générale de l’IAAAE. Il a également été l’un des ingénieurs qui a aidé à planifier la construction des automates de galettes de farine. Ses enfants écrivent qu’il leur a toujours appris à rester attachés à la foi, au Califat et à offrir régulièrement leurs prières. Il faisait régulièrement la Salat et les prières surérogatoires. Même pendant ses derniers jours, il demandait à l’infirmier de l’aider à s’asseoir afin qu’il puisse offrir ses prières. Le Calife (a.b.a.) a prié pour le pardon du défunt et pour que ses enfants puissent perpétuer ses actions vertueuses.

Bushra Begum

Bushra Begum est décédée le 19 juillet. Son grand-père était un compagnon du Messie Promis (as). Elle offrait régulièrement la Salat et les prières surérogatoires. Elle était très hospitalière et faisait régulièrement l’aumône. En raison de sa faible vision, elle était incapable de lire le Saint Coran lorsqu’elle était enfant. Cependant, plus tard, ses enfants l’ont aidé et elle a pu mémoriser quelques parties du Saint Coran. Le Calife (a.b.a.) a mentionné que l’un de ses fils est le Missionnaire-en-Chef de la Nouvelle-Zélande. Le Calife (a.b.a.) a prié pour le pardon de la défunte et a prié qu’Allah Tout-Puissant accorde à ses enfants la patience et leur permette de perpétuer ses actions vertueuses.

Résumé préparé par l’équipe de The Review of Religions, et traduit par l’équipe de l’édition française.

Étiquettes

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire