Caractère du Prophète Islam Mohammad

Un Jour dans la vie du Saint Prophète (sa)

Nous savons tous que notre saint maître Mohammad al-Mustafa (sa) a mené une vie extrêmement occupée. Une grande partie de son temps était consacrée à mener des expéditions pour défendre l’Islam. L’élaboration de stratégies pour ces batailles défensives exigeait beaucoup de force physique et mentale, ainsi que du temps. 

Vous trouverez ci-dessous un récit de ce qu’était une journée type du Saint Prophète (sa) en temps de paix.

On raconte que le roi de Perse – un contemporain du Saint Prophète (sa) – avait organisé ses journées de la manière suivante :

Les jours de printemps étaient réservés au repos et au sommeil; les jours nuageux étaient consacrés à la chasse; les jours de pluie il s’adonnait aux boissons, à la fête et aux amusements ; et quand les journées étaient claires et ensoleillées, le roi invitait  sa cour et écoutait les plaintes du public.

Voici comment sont organisées les journées des gens mondains qui n’ont aucun souci de l’Au-Delà.

Le Saint Prophète Mohammad (sa), d’autre part, avait organisé sa journée en  trois parties, et quelles que soient les saisons. Une partie de la journée était consacrée au culte, la seconde pour sa famille et la troisième pour ses besoins personnels. Très souvent, le temps qu’il se réservait pour lui-même était consacré à servir l’humanité. (Ash-Shifa ‘de Qadi’Ayad, Vol. 1, p. 174, Darul-Kitab Al-‘Arabi)

Les 13 années que le Saint Prophète Mohammad (sa) a passées à La Mecque après s’être proclamé Prophète ont été consacrées à recevoir la révélation du Saint Coran, à prêcher, à enseigner, à éduquer les convertis, et à endurer une longue période d’épreuves et de difficultés. Les détails de cette période sont assez sommaires, mais, d’autre part, il existe d’innombrables traditions qui éclairent la vie du Saint Prophète Mohammad (sa) à Médine, et à partir de celles-ci, nous pouvons reconstruire les journées de sa vie à La Mecque.

Selon les traditions, le Saint Prophète Mohammad (sa) commençait sa journée par la prière de Tahajjud avant l’aube. Avant la prière, il effectuait ses ablutions, se brossait les dents avec du miswak (un morceau de branche d’arbre utilisé à cet effet) et se lavait soigneusement la bouche. Il se mettait alors debout et offrait une longue et belle prière de Tahajjud, dans laquelle il récitait de longs chapitres du Saint Coran. Ses prières étaient si longues que ses pieds s’enflaient. Il se reposait alors un moment.

Par la suite, si un membre de sa famille était réveillé, il lui parlait, sinon il se reposait un peu plus longtemps. Dès que l’appel à la prière de Bilal parvenait à ses oreilles, il se levait rapidement et offrait deux courts rak’ats de Sunna, puis se dirigeait vers la mosquée pour faire la prière de Fajr. Si jamais il manquait la prière de Tahajjud en raison d’une maladie, il offrait des nawafils pendant la journée (Sahih al-Bukhari, Kitab-ul-Tahajjud).

Après la prière de Fajr, le Saint Prophète (sa) demandait des nouvelles de ses compagnons et s’asseyait en leur compagnie jusqu’au lever du soleil. Parfois, ensemble ils discutaient de l’époque précédant l’avènement de l’Islam. Le Saint Prophète Mohammad (sa) demandait si quelqu’un avait fait un rêve. Il se réjouissait si le rêve était bon et l’interprétait. Parfois, il racontait même ses propres rêves. (Sahih al-Bukhari, Kitab Ta’bir-ul-Ru’ya; Sunan Abu Daud, Kitab-ul-Adab ; Sahih Muslim, Kitab-ul-Masajid, Bab Fadl-il-Julus fis-Salat)

Le Saint Prophète Mohammad (sa) planifiait sa journée le matin. S’il ne voyait pas une  personne dans la mosquée pendant deux ou trois jours, il s’inquiétait et se renseignait  à son sujet. Si celle-ci était en voyage, le Saint Prophète Mohammad (sa) priait pour elle, et si elle était en ville ou malade, il lui rendait visite. (Kanz-ul-Ummal, vol. 7, p. 153)

La compagnie du Saint Prophète Mohammad (sa) était très bénéfique pour l’édification et la formation des compagnons. Tôt le matin, les enfants lui apportaient des conteneurs remplis d’eau. Le Saint Prophète Mohammad (sa) bénissait l’eau en y trempant ses doigts. (Sahih Muslim, Kitab-ul-Fadhail, Bab Qurbin Nabi minan-Nas)

Après avoir terminé ses devoirs publics, il rentrait chez lui et demandait s’il y avait quelque chose à manger. S’il y avait de la nourriture, il mangeait et s’il n’y avait rien, il disait: « Très bien, jeûnons aujourd’hui. » (Jami ‘al-Tirmidhi, Kitab-us-Saum)

Les dirigeants et les nobles du monde sont connus pour déléguer leurs devoirs à leurs ministres et s’adonner à leurs propres plaisirs, mais ce n’était pas la voie du Saint Prophète Mohammad (sa). Il dirigeait lui-même les cinq prières quotidiennes ainsi que les prières du vendredi et de l’Aïd. Il aidait ses femmes dans les tâches ménagères et ne considérait jamais qu’il n’était pas digne pour lui que de travailler de ses propres mains. Comme une personne ordinaire, il cousait et rapiéçait ses propres vêtements, réparait ses chaussures, balayait la maison, s’occupait du bétail et le trayait; aidait les domestiques s’ils étaient fatigués (Musnad Ahmad, vol. 6, p. 121; Usdul-Ghabah, vol. 1, p. 29).

Lui-même allait marquer le bétail du trésor (Baitul-Mal). Il s’occupait de ses voisins et trayait leurs chèvres pour eux. (Musnad Ahmad, vol. 5, p. 111)

L’une des tâches les plus importantes et délicates que le Saint Prophète Mohammad (sa)  a dû accomplir était la sauvegarde de la révélation du Saint Coran. La majeure partie de son temps était consacrée à cet effet.

Qu’il reçoive une révélation dans sa maison ou lors d’une réunion, il éprouvait toujours un sentiment particulier car la tâche était  lourde et il transpirait à profusion. Il appelait immédiatement le scribe pour enregistrer la révélation par écrit. (Sahih al-Bukhari, Bada-ul-Wahi wa Fadhail-ul-Quran)

Mémoriser la révélation, la réviser pour la réciter au cours de la Salat, et réfléchir à sa signification était encore une autre tâche exigeante que le Saint Prophète Mohammad (sa) devait accomplir.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire